Le Capital immatériel outil de pilotage des politiques publiques : Levier du nouveau modèle de développement!

Période : 2 décembre 2021 au 2 décembre 2021

Lieu : Faculte des Sciences Juridiques ,Économiques et Siciales Oujda

Ville/Région : Oujda, Maroc

Site web /Email de contact : a.elarabi@ump.ac.ma , a.zoheir@ump.ac.ma

Résumé :
La gestion des affaires publiques ne peut se réduire à une recherche d’expédients pour éviter les crises. Une société ne pourra pas « penser » exclusivement en termes économiques et financiers. Elle doit intégrer dans sa réflexion les problèmes sociétaux. Elle va nécessairement devoir clarifier sa raison d’être, donner un sens à son projet collectif. La définition et le déploiement de nouvelles règles de conduite et d’organisation sociale et économique s’imposent. L’édification d’un nouveau modèle de développement, capable de renforcer les sources d’une croissance économique durable et surtout inclusive, exige la valorisation de toutes les potentialités et des ressources dont regorge un pays. La valeur globale des États était calculée en fonction de leurs ressources naturelles, puis comptabilisée sur la base des données liées au PIB. Toutefois, pour que cet indicateur livre la mesure demandée, il faudrait : -que la totalité des biens et des services, pendant une période, soit enregistrée ; - que l’effort fourni pour l’obtenir soit exactement évalué ; - que les prix expriment toutes les utilités marginales des biens et des services.…etc. Autant de conditions qui ne sont pas remplies pour autant. La communauté scientifique a adopté d’autres indicateurs : le capital humain, le capital social, le capital institutionnel. Le capital immatériel s'affirme ainsi, et de plus en plus, comme un des paramètres pour mesurer la valeur globale des États et des entreprises. L’intérêt croissant, porté à l’identification et à la mesure du capital immatériel, tire sa justification de la tendance des économies vers de plus en plus d’intangibilité. En dépit des difficultés à le fonder théoriquement, le « concept » de capital immatériel s’impose à nous comme catégorie de la pratique. Certes, le capital immatériel constitue une « notion » complexe par sa portée multidimensionnelle et la difficulté de sa mesure à partir des données des systèmes de comptabilité traditionnels. Si cette notion génère de l’ambigüité dans les sciences économiques, c’est parce que les théoriciens l’ont cantonné à une seule discipline ; Or, c’est une notion polysémique commune aux disciplines philosophiques, économiques, idéologiques, culturels, anthropologiques, sociologique, techniques et juridiques. La compréhension de cette notion nécessite donc de l’intégrer dans une approche interdisciplinaire afin de faciliter la compréhension de ses différents contours. En effet, l’un des problèmes essentiels qui se pose aujourd’hui est bien celui de la définition des outils permettant de mesurer les performances de ces ressources émergentes : les ressources immatérielles. Comment valoriser le capital Immatériel ? Quelles précautions peut-on prendre pour s’assurer de son caractère d’investissement ? En tenant compte de ces contraintes, la mise en valeur du capital immatériel peut-elle constituer un levier majeur de nouveaux modèles de développement ? L’approche basée sur le concept du capital immatériel peut-elle offrir un cadre d’évaluation cohérent des politiques publiques, permettant de comprendre la dynamique de création de la richesse, d’en identifier les ressorts internes et externes et d’optimiser, par ricochet, le processus de conception et de mise en œuvre des réformes et des programmes publics ? Autant de questions qui ne reçoivent pas, à l’heure actuelle, de véritables réponses et qui constituent la partie concrète de la problématique générale traitée au cours de notre colloque international.
Les objectifs immatériel dans ses dimensions éthique, de ce colloque international sont donc de revisiter et d’approfondir le concept de capital épistémologique, historique, sociologique, économique, philosophique … en portant la réflexion (entre autres) sur les modalités permettant de :     Aborder la question de la pertinence du concept du capital immatériel en tant qu’outil de pilotage des politiqu es publiques. « Démystifier » la pseudo forme de richesse ;complexité du capital immatériel considéré comme une Approcher cette notion dans un dédale épistémologique . Identifier les contraintes liées à l’identif philosophique, économique, religieux et ication, la représentation et l’évaluation dans le recours au capital immatériel comme point de référence d’un oxymore pour l’élaboration d’un modèle de développement. Ce débat sur le capital immatériel en tant que levier d’un nouveau modèle de développem entet les interrogations qu’ils suscitent expliquent la difficulté de cibler cette problématique, témoigne de la pertinence d’une réflexion critique et donc de l’intérêt de la thématique. Ce colloque international sera donc l’occasion de confronter les ana lyses des chercheurs et les expériences de décideurs. Les débats prévus constitueront certainement une contribution appréciable pour dépolluer et recycler le terme de capital immatériel, en l’associant au projet plus opérationnel de «comptes du développement ».